L'inspiration pour ces dessins vient de vieux jeux videos, graffiti, films d'animation japonais et de ma formation professionnelle graphique. Le noir absolu cache un monde inconnu d'énergie pure, qui se manifeste par une chatoyante aurea tout autour des formes primitives du dessin; le contact entre le noir et la lumière crée un contraste visuel fort et dynamique. L'aurea est typique du monde des esprits, qui sont représentés par des icônes qui observent en silence et qui deviennent élément commun de cette série de dessins.


Il y a  plus, moins, à l'intérieur et tout autour de ce monde en autre monde insoupçonné.
Seulement parfois on l'entend  murmurer, bruisser et c'est là qu'on dit « c'est peu de chose, c'est rien. »
Mais ce rien c'est l'infini.

(J. Michelet)


twitterfacebookgoogle+pinterest

Questo sito utilizza i cookie. Procedendo la navigazione su questo sito, accetti il fatto che potremmo memorizzare e accedere ai cookie sul tuo dispositivo.